This page has been translated from Portuguese

Lazhar M. (2011)

Titre original: Monsieur Lazhar

Origine: Canada

Réalisateur: Philippe Falardeau

Scénario: Philippe Falardeau

Avec Mohamed Fellag, Sophie Nelisse, Emilien Néron

Basé sur le jeu Bashir Lazhar Evelyne de la Chenelière, M. Lazhar est un film sensible, profonde, touchante, belle et bonne à regarder!

L'intrigue se déroule au Québec, au Canada, et raconte l'histoire d'un immigré algérien, d'âge moyen - M. Lazhar (Mohamed Saïd Fellag) - qui apparaît pour remplacer une jeune institutrice primaire qui décide de finir sa vie dans salle de classe de l'école.

M. Lazhar entrer brusquement dans la vie de ce groupe d'enfants (11, 12), dans un très doux pour eux, tout au plus, la première rencontre avec la mort, en essayant de trouver des réponses, explications et le blâme pour ce qui est arrivé. Chacun à sa manière, bien sûr! Certains souffrent plus que d'autres, mais tous en quelque sorte «touché» par le sentiment de perte.

Pendant ce temps, sans enfants, ou quelqu'un d'autre sait, l'enseignant lui-même Lazhar passe, il a également eu une expérience similaire de perte et de chercher des réponses et reconnu coupable, une vie si douloureuse - ou plus - de la période de deuil. Si on peut parler d'une mesure de la douleur de perdre un être cher ...

Donc, sans qu'aucune des parties est pleinement conscient, ils vous aideront, fonctionnant comme un havre de paix que les autres besoins de passer par cette période de tempête.

Contrairement à ce que l'on pourrait s'attendre, par conséquent, Monsieur Lazhar n'est pas un de ces films qui montrent un professeur, apparemment difficile, qui, n'étant pas acceptée en principe par la foule, peut, grâce à son approche différente, innovante et à toute épreuve, changer le cours de toute une classe d'élèves grossiers et violents. Pas du tout! L'intrigue de ce film tourne, en fait, beaucoup plus sur des questions telles que la mort, le chagrin, la culpabilité, l'abandon, la compréhension, le pardon, etc. Qu'autour des méthodes d'enseignement ou des recettes infaillibles pour "apprivoiser" les étudiants rebelles.

Non pas que il ya aussi quelques regarder dehors pour le choc culturel entre les façons d'enseigner le jeune enseignant au Québec et Martine de l'Algérie "dépassée" Professeur Lazhar. Mais ce n'est certainement pas le thème central du film.

Ainsi, à l'écart du maître de style avec affection (1967 et qui, incidemment, que j'aime et qui a marqué une saison, sans aucun doute!), Film de Philippe Falardeau est un travail de stéréotypes, des rôles rigides et bien définis. Au lieu de cela, les personnages sont tous plausibles et la «réalité», avec ses qualités, défauts, points forts et les faiblesses d'être exposés dans le plan par plan.

Lazhar monsieur, est donc un film sur l'être humain tel qu'il est, capable de mentir, de la souffrance, de l'indignation, à aimer, à pardonner, à perdre, au désespoir, à aller au fond, soulever la tête et continuer à vivre.

Un film qui mérite absolument figurer sur la liste des nominés pour l'Oscar du meilleur film étranger!

~ Par Lilia Lustosa le 19 Février 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>