This page has been translated from Portuguese

Carnage (2011)

Titre original: Carnage

Origine: France / Allemagne / Polonha / Espagne

Réalisateur: Roman Polanski

Scénariste: Yasmina Reza (basé sur le jeu "Le Dieu du Carnage") et Roman Polanski

Avec: Jodie Foster, Kate Winslet, Christopher Waltz, John C. Reilly

Près d'un jeu! Un morceau dame, dit en passant!

En cette période de "suisse exil," le très controversé Roman Polanski a produit deux enfants de bonne souche: The Ghost Writer (2010), et maintenant Carnage (2011).

Oubliez l'homme et concentrons-nous sur l'artiste!

Carnage est excellent, en dépit de la production extrêmement simple. Le film est basé sur le jeu "Carnage Le Dieu du" de Yasmina Reza. Le grand avantage est, par conséquent, la belle écriture (écrit à quatre mains par Polanski lui-même et Yasmina Reza) et la fantastique performance du quatuor formé par des acteurs Kate Winslet, Jodie Foster, Christopher Waltz et John C. Reilly.

Prenant les première et dernière scènes, qui se déroulent à l'extérieur dans un grand plan général, dans lequel on peut à peine distinguer le jeu des enfants visages de la femme (et de la lutte) dans un parc, le reste du film se déroule dans les murs de l'appartement le couple (Jodie Foster) Pénélope et Michael (John C. Reilly).

Le film raconte l'histoire de deux couples - l'un formé par Kate Winslet et Christopher Waltz - qui se réunissent pour discuter de la lutte a eu lieu entre leurs enfants, ce qui laisse un enfant blessé. Les tours Toute la question, donc, autour de la solution (et le résultat) devrait être accordée au fait.

La réunion commence dans un «civilisé», avec quatre adultes qui tentent de parvenir à un accord sur la façon d'agir en ce qui concerne les enfants, dans les catégories de la peine, le pardon, la leçon de, etc. Cependant, comme le temps passe, les nerfs se réchauffer dans cet environnement Huit-clos des discussions et se répand dans la terre qui vont bien au-delà de la vraie raison pour laquelle se sont rassemblés. Qui est la victime, qui est agresseur? Qui est bon, qui est le mal? Peu à peu, les hypocrisies grands de notre société postmoderne se chargera de la discussion et le temps semble se dilater, à peine raccord dans les quatre murs de la salle de séjour de Longstreet.

Faire ressortir - une façon amusante - une série de questions "poilus" qui hantent nos vies d'adultes, mais jamais de les épuiser, le film de Polanski nous rappelle que la grande scène de la vie, nous sommes toujours en alternant les rôles victime et l'agresseur ... et jette la première pierre qui n'a jamais été le «méchant» d'une histoire!

Dans l'abîme, au fond, j'ai l'impression que Polanski n'a avec ce film, faire passer un message au monde, en particulier dans la société américaine (US) qui, après avoir chassé là parce que d'un crime, n'a pas pu d'expulser à partir d'un certain nombre d'autres crimes tout aussi honteux, qui sont cachés sous son long tapis de rayures rouges et blanches, pleines d'étoiles.

Cher cinéphile, condamner un homme si vous voulez (et pensez que vous pouvez), mais s'il vous plaît libérer l'artiste! Allez voir le film. Je vous garantis qu'il vaut la peine!

~ Par Lilia Lustosa le 5 Février 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>